INFOS

Actualités

Un passeur repenti explique en détail le parcours des migrants vendus aux trafiquants en Libye

InfoMigrants a pu entrer en contact avec un ancien passeur, aujourd'hui caché en Europe. Grâce à ses informations détaillées, la rédaction en sait désormais plus sur les itinéraires utilisés par les trafiquants d'êtres humains qui approchent les migrants de passage en Libye. Pour l'écrasante majorité de ces exilés, ils sont

arnaqués par ces réseaux mafieux qui, contre la fausse promesse de les emmener vers les côtes méditerranéennes, les exploitent, les revendent, ou même les tuent.

Violences, tortures, séquestrations arbitraires, abus sexuels, ventes aux enchères : depuis des années, les récits épouvantables venus de Libye émaillent régulièrement les témoignages des migrants. InfoMigrants s'est maintes fois fait l'écho des atrocités commises par les passeurs qui se livrent au trafic d'êtres humains le plus sordide.

Récemment, la rédaction est entrée en contact avec un ancien passeur - repenti - particulièrement bien informé sur les méthodes de ces réseaux de trafiquants en Libye. Ces organisations, très structurées au niveau régional, national et même international, surfent sur le chaos ambiant et opèrent plus ou moins librement dans le pays, notamment dans les zones proches de la côte méditerranéenne.

Pour des questions de sécurité, l'identité de cette source, aujourd'hui réfugiée en Europe, est tenue secrète.

S'appuyant sur divers documents, vidéos et enregistrements audio, notre source a pu nous révéler les méthodes de fonctionnement détaillées d'un de ces réseaux. Elle raconte la cruauté de ces groupes et la déshumanisation des migrants, réduits au rang de "marchandises" échangeables à l'infini. Elle énumère les villes, et plus rare, les sites et les bâtiments notoirement connus pour être des passages obligés sur le parcours tortueux de ces migrants. 

Voici donc le trajet typique d'un migrant en Libye, passé entre les mains de tout un réseau.

Du Soudan à al-Kufrah

Deux "entrées" principales en Libye existent : celle qui passe par la ville de Sabha, dans le centre-est du pays, pour ceux qui arrivent du Tchad ou du Niger, et celle qui passe par al-Kufrah, dans l'est, pour ceux qui arrivent du Soudan. Notre source s'est focalisée sur cette seconde route.

>> À (re)lire : Libye : le calvaire des migrants torturés et exécutés dans des centres de détention clandestins

Le parcours commence dans un quartier de Omdurman, près de Khartoum, capitale du Soudan. C'est là que débute le trajet des migrants, embarqués dans des 4x4 qui appartiennent aux Forces de soutien rapide du Soudan (RSF) – unités paramilitaires composées d’ex-miliciens janjawid – jusqu'à la zone frontalière de Jebel Uweinat, située entre l'Egypte, la Libye et le Soudan.

 

Ils sont ensuite pris en charge par des membres de la tribu Tabou [un groupe ethnique présent en Libye, au Tchad, au Soudan et au Niger], qui les amènent directement dans la ville d'al-Kufrah, en Libye.

>> À (re)lire : "En Méditerranée, on peut mourir une fois. En Libye, nous mourrons tous les jours"  

Arrivés dans la ville, les migrants sont entassés, parfois à plus de 200, dans des fermes bien connues des passeurs. Les conditions de vie y sont catastrophiques. C’est là, à al-Kufrah (collée à At-Taj sur la carte ci-dessous), que s'organise une première vente aux enchères de migrants.

source : https://www.infomigrants.net/

(0 Votes)

Support